photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Archives des éditos

Page 4 sur 9

Edito du 16 juillet 2012

Envoyer Imprimer

MirebBarTabacTitre 26Au Tabac-PMU de mon village, on refait le monde à coups de blancs-limé en cochant la grille du prochain loto. « Si on veut vraiment que ça change, c’est pas difficile. Y-a qu’à commencer par virer les bons à rien qui nous gouvernent et qui s’en mettent plein les poches. Droite-gauche, c’est tout pareil… et c’est tout ce que j’ai à dire.

Le deuxième sujet de prédilection est introduit par le père Ernest qui affirme d’un ton péremptoire : « C’est pas pour me vanter mais il fait beau hein ! » – « Pour sûr, renchérit Gaston ! Et si ça reste comme ça, on aura encore une belle journée demain, vous verrez c’que je vous dis ! » – « Sauf si le vent tourne ; parce que c’est pas gagné, temporise Jules.

Remarque, qu’il pleuve, moi ça me dérange pas. Ce qui me contrarie, c’est quand il pleut un jour qu’il fait beau… C’est tout de même pas normal que ce soit toujours les mêmes qu’ont le soleil. Et pourquoi que nous autres on paierait autant d’impôts qu’eux?  A la proportionnelle ça devrait être : davantage de soleil, davantage d’impôts ! Tiens, à propos d’impôts : Marie, remets nous donc ça !… Vous verrez qu’un jour ça finira par arriver : une taxe d’ensoleillement et une prime à la pénibilité du climat…

Et pendant ce temps, le Jacques qui n’a rien compris, absorbé qu’il était par l’arrivée de la dernière course, affirme définitivement que « tout ça, c’est la faute aux 35 heures »… (commentaires:1)

scroll back to top
Mise à jour le Jeudi, 19 Juillet 2012 15:57
 
 

Edito du 8 mai 2012

Envoyer Imprimer

Penich1as (1973)C'est l'effet numérique. La photographie est un art. Elle exige donc des connaissances culturelles et techniques. Elle suppose l’emploi de matériel sophistiqué et une sensibilité multiple qu’exacerbent le goût, le respect des règles, la pratique et l’expérience. Une part importante du résultat est donc à inscrire au crédit des fabricants, marchands de numériques, appareils, logiciels et autres artifices bardés de codes barres. L’autre est fruit d’inné, de naturel. Fort de ces acquis, il ne peut être question que le premier péquin venu se mette à jouer dans la cour des grands. Les erreurs y deviennent trop grossières, ridicules, prétentieuses et pour tout dire insupportables : laideur, ennui, confusion, décomposition du cadre et pêché suprême,  absence d’émotion. Au fond, tout cela serait pardonnable si on ne nous imposait ces catastrophes à longueurs de réseaux sociaux et sites de partage. A-t-on idée de partager une soupe froide, un brouet clair ou une semelle trop cuite ? C’est, voyez-vous, l’effet numérique ! Tout le monde photographie sans se soucier de l’incommensurable ennui qu’il nous impose en postant ses images. J’en reçois ainsi une bonne cinquantaine par jour qui réussissent à n’avoir ni valeur amicale, informative, artistique, ou émotionnelle… J’efface, je supprime, je bourre ma poubelle virtuelle à laquelle je ne peux même pas mettre le feu. Dispensant des cours photo, de débutants évidemment motivés, à photographes confirmés désireux d’améliorer leurs connaissances et leur pratique, j’ai pensé un jour utiliser ces raclures pour aiguiser le sens critique d’Arnaud, Helham, David, Helliot ou Joice… En vain, car mes élèves en connaissent déjà bien davantage que ces numé-riens. On a découvert récemment quelques centaines de « nouveaux » négatifs de Robert Doisneau. En attendant, je ne me lasse pas d’explorer les plaques de Chambi, le Péruvien du début du 20ème, ou le catalogue de la dernière exposition de Willy Ronis… Que mes amis photographes me pardonnent cette cordiale outrecuidance : combien Doisneau, Chambi ou Ronis ont-ils photographié « d’objets » sans âme, de mannequins sans vie , de personnages tournant le dos, de cubes de glace, de fruits secs ou de vases en cristal ?…(photo de Jp Jeannin Paris 1973) contact@jeanpierrejeannin.fr  Ajouter un commentaire.

scroll back to top
Mise à jour le Jeudi, 24 Mai 2012 12:24
 
 

Edito du 19 avril 2012

Envoyer Imprimer


Force Jeune Puno 3919A
Ma cuillère à la marmite. Les lecteurs assidus me savent gré de ne leur proposer que des articles originaux, basés sur des histoires personnelles authentiques, ou des analyses politiques sur lesquelles mon expérience m’autorise à formuler une opinion différente de celle exprimée par les médias que, d’ailleurs, je vous propose aussi de consulter ici, en direct. C’est vous dire que malgré l’importance que revêtent ces présidentielles, je n’ai pas éprouvé le besoin de rajouter ma cuillère à la marmite.

Il est intéressant cependant de souligner les affinités électorales des adhérents aux réseaux sociaux. Bien que figurant moi-même sur Face Book (un click involontaire), j’avoue qu’à part les retrouvailles de quelques exs perdues de vue, je ne vois aucun attrait aux échanges stupides que l’on m’y propose. Moins drôle : un de mes amis, décédé il y a six mois, continue de me souhaiter mon anniversaire et de m’adresser tous les deux jours, des messages idiots. Ne possédant ni son identifiant, ni son mot de passe, mes démarches pour le sortir de là sont sans effet. En tout cas, et ce n’est pas ce détail qui me ferra changer d’avis , les « Fesses » sont acquis au président sortant, ce qui, a priori et même au-delà, laisse augurer d’un évident déficit intellectuel: 600 000 abonnés, contre 82 000 seulement pour Hollande, 70 000 Mélenchon, 53 000 Le Pen et 28 000 Bayrou.

A la même date -11 avril 2012- chez Twitter, Hollande compte 220 000 abonnés et Sarkozy 150 000. Facebook est donc de droite, Twitter de gauche : CQFD. Mélenchon  suscite 70 000 votes, Le Pen 58 000 et Bayrou 100 000. Dupont-Aignan est à peine mentionné. Arthaud, ou Cheminade quasi inexistants. Enfin, lanterne rouge – et le rouge lui va si bien- Philippe Poutou n’a que 36 fans sur Facebook… Je parie qu’il ne s’en plaint pas. <contact@jeanpierrejeannin.fr> Apportez vos commentaires sur les Editos archivés, Ici.

scroll back to top
Mise à jour le Vendredi, 27 Avril 2012 09:48
 
 

Edito du 28 mars 2012

Envoyer Imprimer

dalil-richard-150x125Ceux qui nous ont offensés. Lorsqu’il ne se passe rien d’important dans le monde, il serait logique que les médias réduisent leur couverture, rétrécissent leurs colonnes, et diminuent leur temps d’antenne. Logique mais incompatible avec les lois du marché. Quelques soient les fluctuations de l’actualité, le monde médiatique ne connait pas la crise. Il fonctionne à débit constant. Quant à nous, formatés, hypnotisés par l’énorme ronron médiatique planétaire, nous consommons chaque jour notre dose régulière de JT. Le premier militaire tué sur un parking de Montauban serait presque passé inaperçu. Les deux suivants forcent l’indignation. Quand tombent l’enseignant et les petites victimes de l’école juive, Toulouse devient  scène de crimes, mélange de cauchemar, de peur, d’inquiétude et de révolte en direct. Responsables, juifs et islamistes, expriment alors la même douleur, la même condamnation, le même refus. Pro-Palestiniens et pro-Israéliens, d’une même voix ! Sarko, Hollande et Le Pen, en chœur. J’attends une déclaration spontanée et solidaire de l’Eglise catholique, pour ses frères monothéistes, mais rien. Un évêque courageux aurait fait l’affaire. Un curé au moins… Il n’y a donc personne ? Pourtant, un des soldats assassinés était catholique. Au nom de quelle hypocrisie l’Eglise s’abstient-elle ? Lui est-il si difficile d’exprimer le rejet de la barbarie sans évoquer le pardon du Barbare et de « ceux qui nous ont offensés » ? Si difficile d’éviter les remous de l’Histoire, les combats et les crimes perpétrés par l’Inquisition, au nom de l’endoctrinement et de la foi… Si difficile de répondre à la question ?:  « Maîtresse ! – Est-on obligé de pardonner à Mohammed Merah ?» (jpjl-photo d'agence) <contact@jeanpierrejeannin.fr> 

scroll back to top
Mise à jour le Jeudi, 19 Avril 2012 19:17
 
 

Le mensonge Edito du 2 mars 2012

Envoyer Imprimer

Titicaca -Amantani 4371  Le mensonge 
Il y a quelques jours, lors du « pot » qu’offrait un ancien combattant de mes amis en l’honneur de sa énième médaille, un notable s’approche, flute de champagne à la main. Comme s’il poursuivait une conversation que nous n’avions pourtant pas commencée, il me demande : « Alors comme ça, vous avez fait carrière chez Renault ? » Surpris, je réalise en une seconde le risque que je courre à répondre la vérité : «Euh… Non, j’ai démissionné de Renault en 73, pour devenir Chef de publicité à Publicis, puis je suis rentré à Sud Radio. J’ai écrit des spectacles et monté un premier One Man Show qu’il m’est arrivé de présenter entre un magicien et une stripteaseuse. J’ai créé Radio Viva à Saint-Jean de Luz, puis un Ministre m’a fait Attaché de Presse, au Pérou. J’ai été Conseiller Politique et Chargé de Communication à Bruxelles, puis Premier Conseiller au Nigeria, où j’ai fait fonction d’Ambassadeur durant quatre ans… J’ai pris ma retraite et attaqué une formation de reporter photographe que j’exerce aujourd’hui en free lance… J’en suis là et vous ? Mon père m’a dit vous avoir connu magasinier à la concession Renault de Poitiers. Ensuite, qu’êtes-vous devenu ?

J’ai donc menti et répondu «— Oui ! », pour faire simple, pour faire court, pour ne pas vexer ce notable, pour écouter tranquillement les confidences d’une vielle dame qui me disait avoir connu notre médaillé tout petit. Un peu plus tard, lorsque je réussis à m’évader discrètement, j’entendis la vieille dame expliquer à l’assemblée : « Il faut qu’il s’en aille, car il donne des leçons d’informatique »…. N’allez surtout pas donner foi aux aimables délires de cette sympathique vieille dame car je ne connais rien qui me rebute autant que l’informatique et dans ce domaine, un gosse de 10 ans en connait bien davantage. Cependant, je donne des leçons individuelles de photographie, tous niveaux, et cette passionnante activité satisfait mes élèves autant que moi. <contact@jeanpierrejeannin.fr>

scroll back to top
Mise à jour le Vendredi, 02 Mars 2012 19:06
 
 

Edito du 01-02-2012

Envoyer Imprimer


Nazca jp 3447 rtz2
Les connards.
Inventer me procurerait un rare plaisir. J’assisterais à l’éclosion d’une idée alors même qu’elle éclot et l’applaudirais enthousiaste. D’où viennent les idées qu’on invente, les mots que l’on crée ? Qui les envoie ? Je triture parfois texte ou photo, jusqu’à la certitude d’atteindre enfin l’émotion que je pressens et l’orgueil monte alors à mes joues et je jouis de ma création. Plus tard, peut-être, un visiteur dira qu’il aime… Visiteurs ! Voilà bien le quorum discutable ! Cet autrui se rattache en effet à trois groupes. J’ai évoqué le plus rare et précieux : il aime et le dit, avec des mots simples, ceux que souffle son cœur. Il est mon complice, l’encre qui coule dans mes veines… Nettement majoritaires : ceux qui diraient bien des choses mais s’abstiennent, par flemme ou timidité. Se promettent de le faire un jour, car ils n’en pensent pas moins, mais ne le feront jamais. Je les connais de l’intérieur si je puis dire car, visiteur à mes heures, c’est à cette catégorie de fainéants intellectuels que j’appartiens… Enfin, ceux que seule guident leur jalousie profonde et pouvoir de déni. S’interdisant de formuler le moindre compliment ou critique, ils s’abstiennent. Ils ignorent. L’œuvre qu’on leur propose n’existe pas plus que son auteur. Ces individus inférieurs sont peu doués et généralement incultes, ce qui peut être une excuse, bien que j’ai connu nombre de gens incultes, néanmoins sympathiques… Identifier ces connards est un jeu d’enfant. Faites le test autour de vous. Ceux qui jamais ne vous ont dit : « tu as l’air en forme, tu en as une belle cravate, alors ces vacances à Madagascar, c’était bien ? »… Ils pullulent tels des cafards mais n’ayez crainte, selon toute logique, ils ne sont pas nombreux à s’égarer sur ce site dont chaque mot les torture, l’humour les martyrise, la fraicheur les asphyxie. Imaginez l’agonie d’un connard sur la page d’accueil.

Quant au talent d’inventeur dont je serais si fier, si je l’avais, j’en ai surement manqué la distribution. J’ai reçu en échange une bonne dizaine de vies, mes vies de Patachat et il suffit que je m’en souvienne pour vous les partager. Je vous affirme donc, visiteurs très chers, que rencontres et aventures rapportées ici sont tout bonnement authentiques, fruits de hasard et de mémoire. (contact@jeanpierrejeannin.fr)

scroll back to top
 
 

Page 4 sur 9

Bannière
...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui612
mod_vvisit_counterHier898
mod_vvisit_counterCette semaine2426
mod_vvisit_counterSemaine dernière7497
mod_vvisit_counterCe mois17005
mod_vvisit_counterMois dernier29546
mod_vvisit_counterDepuis début1889882

We have: 15 guests, 1 bots online
Votre IP: 54.166.245.10
 , 
Date: 17 Oct 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).