photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Hindi Italian Japanese Portuguese Russian Spanish Swedish

Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails ?

Envoyer Imprimer

foulanis (3)« Au moins 500 morts ». A la une des médias, ce 7 mars 2010, ce titre va bien tenir 24 heures, peut-être deux jours si aucune célébrité ne vient à décéder d’ici là, reléguant, du coup, l’horreur précédente en quatrième de couverture. Entre le percolateur, la pub à la radio et ma femme qui me demande d’ouvrir un pot de confiture, je tends l’oreille pour savoir « où ?», car c’est toujours le premier réflexe: non « qui » mais « où ? » avec l’espoir confus que la chose se soit produite assez près pour que l’on se sente concerné, mais pas trop, pour ne courir aucun risque. « 500 morts » ?… Un Tsunami sûrement. Un tremblement de terre peut être. Une catastrophe « naturelle » quoi !

Saupoudrer une telle actu d’humour railleur n’est pas un effet de style dont je suis fier. Ce serait plutôt une sorte de sourire protecteur comme on en affiche parfois pour ne pas se mettre à chialer car ces « cinq-cents »-là font bien partie de ma mémoire.

C’était en 2000, au Nigeria, comme aujourd’hui, car il n’y a pas deux pays au monde où tant de gens peuvent s’entretuer à coups de machettes. A Kaduna, 1,5 million d’habitants, dont les images à jamais gravées me hantent encore : « Plus de mille morts ». Les empreintes de corps brulés sur le goudron des rues. Les carcasses de voitures. Les églises et les mosquées éventrées. L’odeur encore fraiche de la mort et du feu, trois jours plus tard. Les caniveaux tachés de sang. Un pied coupé dans une tong bleu ciel. Des membres trainés par les chiens et cette institutrice, foudroyée, qui répète sans cesse qu’avant cette folie, ses petits élèves, chrétiens et musulmans, s’entendaient si bien…

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Afficher l'album en entier

Premier pays d’Afrique, le Nigeria compte aujourd’hui 150 millions d’habitants. 130 il ya dix ans. Un africain sur quatre est nigérian. Confédération de trente-six états que tout oppose, sorte de patchwork cousu par les Anglais au début des années 50 et tiraillé par ses oppositions ethniques, religieuses, et linguistiques, qu’attisent les injustices sociales. Premier producteur de pétrole du continent, 5ème de la planète, le monstre se nourrit de guerres internes, de fraudes et de corruptions. Le scenario le plus inattendu y est toujours probable…

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Je suis à la maison, ce samedi 24 février, surveillant avec Ruth les préparatifs du grand dîner que nous donnerons ce soir pour son anniversaire. Signal d’appel sur « la valise satellite ». « Allo ! Monsieur le Conseiller, c’est Tundé. Je ne sais pas si je pourrais vous parler longtemps. Enregistrez si vous le pouvez »...

Tundé Asaju que j’ai compté plus tard parmi mes amis les plus authentiques, est journaliste, bon francophone, reporter d’un grand quotidien et d’un hebdo nigérians. Je l’ai reçu deux ou trois fois à l’ambassade où je prépare sa candidature comme correspondant de Radio France Internationale, ce qu’il est aujourd’hui. -« Je suis à Kaduna, commente Tundé. Hier soir, juste après la prière du vendredi, un massacre général s’est déclenché entre Musulmans et Chrétiens. Il y a des centaines de morts partout, des milliers peut-être. Ça a continué toute la nuit. Les gens s’entretuent à coups de machettes. Plusieurs quartiers sont en flammes. Du sang plein les rues. C’était préparé. J’essaie de rentrer à Abuja mais aucun véhicule ne sort de la ville. C’est horrible. Dites-le ! Dites ce qui se passe ici, dans la ville qu’on disait la plus tolérante du Nigeria. Jamais les Chrétiens ne pourront plus revivre ici »…

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

J’écoute plusieurs fois l’incroyable récit de Tundé, émaillé de noms officiels, gouverneurs, maires, chefs de police, directeurs d’entreprises, acteurs, témoins. Je réalise que je dois adresser un « télégramme diplomatique » à Paris. C’est ainsi que l’on nomme les correspondances politiques officielles. Je ferai aussi une dépêche à l’AFP bien sûr (Agence France Presse). Ma double mission, d’abord de Premier Conseiller représentant officiel de l’Ambassadeur, puis de Conseiller de Presse, font que ces deux exercices m’incombent. Il est impératif de contrôler toute émotion. Etre précis, complet. J’ajoute le background que je connais, comme la passivité habituelle de l’armée devant ce type d’évènement, l’adoption récente de la Charia (loi islamique), par 12 Etats du Nord, et le cas –unique- de Kaduna, modèle d’œcuménisme, dont la moitié de la population est chrétienne.

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Seul, dans le cabinet du Chiffre de l’ambassade, je relis chaque phrase, supprimant tout superflu, puis j’entame la délicate procédure de transmission, travail habituel du chiffreur, hélas en vacances : choix des destinataires, degré d’urgence, classification de confidentialité. Je désigne le ministre des Affaires Etrangères (Hubert Védrine), le chef de cabinet du Premier ministre et j’ajoute le ministre de la Coopération, Michel Roussin, dont je sais qu'il se prépare à accompagner une délégation d’hommes d’affaires français à Abuja, la semaine prochaine. De tout télégramme au départ d’Abuja et sauf cas de force majeure, une copie est automatiquement adressée, pour signature, à l’Ambassadeur de France qui continue à résider à Lagos, ancienne capitale, où le retiennent sa résidence, son bateau, sa plage, et ses amis… Le nom du "rédacteur" figurant en entête.

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Ce jour-là, en début d’après-midi, l’Ambassadeur de France se trouve vraisemblablement dans l’avion qui l’amène à Abuja car nous l’avons invité ce soir, avec nos meilleurs amis nigérians, français et européens, à célébrer le trentième anniversaire de Ruth. Il y aura des Ministres, des Ambassadeurs, des Conseillers, des Rédacteurs en chef, des chefs d’entreprises expatriées, Bouygues, Total, Fougerolles, Peugeot… A l’Africaine, il y aura aussi un orchestre et des danseurs. Depuis ce matin, une vingtaine de cuisiniers, serveurs, barmen du Hilton ont investi la maison et le jardin, transformant l’ensemble en palais de la reine de Saba..

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

C’est aussi cela la diplomatie. On ne peut imaginer le pouvoir qu’octroient les mondanités et combien de conflits ont été résolus grâce à l’entrechoquement de deux coupes de champagne. « Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails ? » *

16 heures. L’ambassadeur m’appelle de l’aéroport. -« Je suis bien arrivé Jean-Pierre. Merci de m’avoir envoyé la voiture et les documents qu’Adamou m’a remis. Votre télégramme est excellent. C’est du bon travail, Jean-Pierre. Merci. J’ai rencontré des collègues dans l’avion dont le Britannique : évidemment il ne sait rien. Personne ne sait rien. Vraiment c’est bien. Mes hommages à Ruth. A tout à l’heure »…

Je suis sur un petit nuage. J’ai des ailes. Imprévisible, colérique et capricieux, mais fin diplomate et intelligent : j’appréhendais ses réactions. Ouf !...

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

« Tiens, je boirais bien une petite coupe moi ! Et si vous mettiez un bouquet de plus sur chaque table !

17 heures 30. L’ambassadeur au téléphone. Il est fou de rage. –« Jeannin je vais vous virer. J’ai le bras long vous savez. Je vous renvoie à Paris. Vous pouvez commencer vos valises mon vieux et ne comptez pas sur moi pour vous pistonner auprès d’un collègue. Vous avez commis une faute grave. Vous êtes inconscient ou quoi »…

-« Mais que se passe-t-il ? Qu’ai-je fait ? Il ya une heure vous m’avez félicité »…

-« Il se passe que je viens de tomber sur le correspondant de l’AFP en rentrant à l’hôtel Sheraton, Peter je ne sais quoi… Il m’a remercié chaleureusement de  l'avoir prévenu des évènements de Kaduna. Dites-moi que ce n’est pas vrai. Vous n’avez tout de même pas été assez bête pour prévenir l’AFP. Tout le monde va le savoir. En France, on ne va parler que de ça. Et la visite des chefs d’entreprises qu’on prépare depuis des mois avec l’Elysée et Roussin ? Vous n’imaginez pas faire venir des entrepreneurs français dans ce pays de sauvages. C’est du sabotage. Oui je vais vous faire fusiller moi, pour sabotage »… Il devient fou. Je raccroche. Comment ose-t-il prétendre étouffer une telle nouvelle?  Ai-je fait autre chose que permettre à l’AFP d’être la première sur le coup, comme on dit dans le jargon ?

Je crois qu’on peut supprimer un couvert.

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Jos qui aujourd’hui, tient tristement la vedette avec ses « au moins 500 morts » et 300 autres en 2008, était à l’époque une ville attrayante et réputée, « le potager du Nigeria ». Sur les marchés, fruits, légumes et fleurs venaient toujours de Jos. Malgré les dangers, réels, que présentait la route, nous y allions quelques fois passer d’agréables week-ends, sans pollution, sans crainte, ni embarras. C’était pour moi –jusqu’il y a trois jours- le seul endroit « normal » du Nigeria. Je ne peux m’empêcher de superposer maintenant les images de Kaduna aux décors et personnages de Jos. Je regarde les photos prises là-bas, les groupes d’enfants souriants, magnifiques… Et je me demande combien... parmi ces « 500 morts » ?

Afficher Mais que font donc ces diplomates entre deux cocktails -Photos

Comme si rien n’était, l’Ambassadeur est venu au diner. Il a même offert à Ruth un superbe cadeau. Il portait une chemise Hawaïenne… Nous n’avons jamais reparlé de ce télégramme ni de cette dépêche AFP. Quant aux chefs d’entreprises qui débarquèrent une semaine plus tard accompagnés par Michel Roussin, ils montrèrent tous une totale ignorance de ce pays, de son histoire et de sa géographie, mais s’intéressèrent beaucoup aux superbes hôtesses de l’hôtel Hilton.

Aujourd'hui, n'importe quel possesseur d'un portable peut répendre une nouvelle à la terre entière en moins de deux minutes, avec même une bande vidéo à l'appui. Comble du progrès: c'est par les téléphones portables que le massacre de Jos a été déclenché, alors que celui de Kaduna l'avait été par la prière du muezin...  Le téléphone portable associée à la machette: 500 morts.  (jpjl)

Info bio garantie sans additifs ni colorants. Traces d'omissions autorisées (c'est ce qu'on appelle le "droit de réserve", à moins que ce ne soient des trous de mémoire...)

scroll back to top
Mise à jour le Vendredi, 27 Décembre 2013 16:23  

Commentaires  

 
0 #1 Smithd788 04-11-2014 09:21
This is one awesome blog post. Keep writing. bagdafekcgekeeb d
 
 
0 #2 Smithc498 04-11-2014 09:22
acquiring equivalent rss snag? Someone who's going to be aware of nice retort. Thnkx caedaadceedcage e
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

Articles au hasard

   Le pouvoir du pardon
1960. Je reviens d’Algérie et entre, à l’essai, prospecteur à la succursale Renault d’Angoulême....
Lire la suite...
 
   Dalida
Dalida ! On commémore aujourd’hui le vingt-cinquième anniversaire de sa mort et un drôle de déclic vi...
Lire la suite...
 
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui191
mod_vvisit_counterHier952
mod_vvisit_counterCette semaine5464
mod_vvisit_counterSemaine dernière6904
mod_vvisit_counterCe mois21565
mod_vvisit_counterMois dernier35255
mod_vvisit_counterDepuis début1800865

We have: 61 guests online
Votre IP: 54.198.74.197
 , 
Date: 23 Juil 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).