photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Hindi Italian Japanese Portuguese Russian Spanish Swedish

Gustavo Gutierrez ou mes Papes des pauvres

Envoyer Imprimer

Gustavo Gutierrez ou « Mes Papes des Pauvres ».

clip_image001[4]J’entends d’ici les objections des plus incrédules de mes visiteurs découvrant ce nouvel article : Non mais, il ne va tout de même pas oser nous faire le coup du :   Ah ! Ce Pape je le connais bien … Comme la plupart d’entre vous, je n’en n’avais jamais entendu parler mais je projetais d’écrire l’histoire qui va suivre bien avant l’élection du Pape François et, entre nous, que vous le vouliez ou non :  Sud Américain, Jésuite et Compagnon de classe à quelques jours près, sa Sainteté m’adresse tout de même quelques clins d’œil appuyés…

Déjeunant un jour de 1992 avec mon ami Hubert Boulangé, prêtre français exilé volontaire au Pérou où il assume la charge des quatre cents mille âmes de la paroisse d’Ate Vitarte, la plus dangereuse de la banlieue Liménienne, nous dissertons des motivations des mouvements terroristes.

– Si tu étais Péruvien et si tu avais vingt ans, tu serais membre du Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru et peut-être même du Sentier lumineux » me dit Hubert d’un ton provocateur. Tu leur trouves trop d’excuses. Tu les vois victimes de tant d’injustices et de pauvreté. Tu serais des leurs.

– C’est vrai. Je me sens parfois assez proche. S’ils étaient Français, ils auraient déjà pris la Bastille. Et l’Eglise, toi qui vis au milieu d’eux, de leurs souffrances et de leurs espoirs, où se situe-t-elle ? Je me rappelle avoir entendu parler un jour d’un prêtre sud américain, Mexicain je crois, qu’on surnomme  le Pape des pauvres . Tu connais forcément. Il a élaboré des programmes d’actions audacieux pour libérer des millions d’hommes et de femmes dont la situation économique est intolérable…  La Théologie de la Libération , ça s’appelle. Alors là, tu vois, ce libérateur des pauvres, c’est exactement le type que j’aimerais rencontrer… s’il est encore de ce monde.

Ma tirade se perd dans un immense éclat de rire : – En tous cas, il était de ce monde hier midi parce que nous avons déjeuné ensemble, s’étrangle Hubert, ajoutant qu’il n’est pas Mexicain mais Péruvien, titulaire de l’humble paroisse du Rimac, au cœur du vieux Lima. Il s’appelle Gustavo Gutierrez. Si tu veux le rencontrer, je peux arranger ça. Il voyage beaucoup, aux Etats-Unis, en Europe, donne des conférences. Il est très occupé tu sais, mais je suis sur qu’il sera flatté d’être invité par un diplomate français. D’ailleurs, il parle français comme toi et moi.

clip_image003[3]
Né à Lima le 8 juin 1928, le père Gutierrez attaque ses études de médecine à l’Université de San Marcos, puis suit des cours de lettres à l’Université Catholique. Enfin, il étudie la Théologie à Lyon après avoir fait des études de psychologie et de philosophie à Louvain. Il est ordonné prêtre à Lima en 1959. Les plus célèbres Universités lui attribuent le titre de Docteur honoris causa. Il est, entre autres, professeur titulaire de l’Université catholique du Pérou et professeur invité à Boston, Cambridge, Montréal, Lille, Lyon, Harvard, Sofia, Sao Paulo, au Canada. Le monde unanime salue « son apport à la culture universelle » et reconnait en lui « l’un des intellectuels les plus lucides de notre époque ». Il incarne les combats en faveur de la dignité humaine et contre l’oppression en Amérique Latine et dans le Tiers monde. Selon les personnalités des cinq continents, « son œuvre intellectuelle a contribué à une meilleure compréhension de la foi chrétienne de la part du monde des croyants et des non-croyants ».

 

Son influence dépasse largement les milieux académiques. Il a un rôle très actif dans l’organisation des communautés chrétiennes, populaires, au Pérou et dans toute l’Amérique Latine. Il vit d’ailleurs dans l’une de ces communautés, dans le quartier du Rimac, au cœur de la vieille ville de Lima.

 

Devenir du jour au lendemain, l’ami d’un tel homme constitue sans doute l’un des plus beaux dons que la vie m’ait fait. C’est lui, un jour, qui a insisté pour que je le tutoie ; lui encore qui, profitant d’une escale à Paris a tenu à faire un détour par Bruxelles pour le seul plaisir que nous dinions ensemble ; lui auquel je demandais s’il accepterait la Légion d’Honneur et qui m’a répondu avec l’enthousiasme d’un enfant, « ce serait magnifique » !

– « Je ne voudrais pas que tu sois déçu. La Légion d’honneur à un étranger, c’est très rare et avec la cohabitation politique actuelle, je ne suis pas très sur que ça aboutisse mais il faut bien que je commence par te le demander. Alors d’accord pour essayer Gustavo ! Ce serait magnifique, tu as raison.

Je prépare un dossier des plus convainquant avec la complicité de sa secrétaire, associée pour la circonstance à la mienne. L’Ambassadeur montre un enthousiasme prudent. « Votre dossier suit son chemin Jean-Pierre. Pour l’instant il est chez le Premier Ministre ».

Si nos espoirs se concrétisent, l’Ambassadeur remettra, la prestigieuse décoration au Père Gutierrez dans les salons de la Résidence, en présence des plus hautes personnalités péruviennes, religieuses, culturelles et politiques.

clip_image004[3]« Désolé Jean-Pierre ! Le Premier ministre refuse d’honorer votre protégé dont l’œuvre et la personnalité sont jugées en hauts lieux « trop polémiques ». Cette décoration risque d’être interprétée comme une ingérence de la France dans les affaires religieuses ». Profondément déçu de cette « trahison », je décide, en désespoir de cause, d’appeler une amie française que je sais très favorable, Odile Marchand, présidente de Terre des Hommes et épouse du Ministre de l’Intérieur de l’époque, Philippe Marchand. « Je peux en parler à Philippe et je te tiendrai au courant, mais sans garantie… Quarante huit heures plus tard, le ministre m’appelle.

–« Monsieur Jeannin Latour, nous ne nous connaissons pas mais Odile m’a beaucoup parlé de vous et du projet qui vous tient à coeur. Le seul espoir serait que le Président décide de décorer lui-même le Père Gutierrez, à l’Elysée. Le fera-t-il ? Dans cette éventualité, il faudrait que le Père accepte de venir à Paris et que vous l’accompagniez naturellement, mais nos chances sont très minces, à moins que le Président connaisse déjà suffisament notre candidat.

– Je le vois ce soir et vous appelle demain.

Ce sera le 6 mai 1993, à l’Elysée. A 17 heures. Je vous retiens à déjeuner. Odile nous rejoindra à l’Elysée.

La Légion d’honneur est la plus haute distinction qu’attribue l’Etat français. Peu de Péruviens, dans l’histoire, ont été ainsi honorés, en particulier Javier Pérez de Cuellar, ancien Secrétaire Général des Nations Unies  et l’écrivain Mario Vargas LLosa. Dans le cas présent, la décoration sera remise exceptionnellement par le Président de la République française en personne, François Mitterrand, au palais de l’Elysée. J’imagine facilement le subtil plaisir que le Président doit éprouver à honorer ainsi le père de la Théologie de Libération, tout en jouant ce mauvais tour au Premier Ministre, Balladur. Cette cérémonie dans le grand salon de l’Elysée compte une bonne douzaine de récipiendaires Français en plus de Gustavo, seul étranger. Le Président semble fatigué mais souriant, costume gris clair. Aucun papier. Sa prestation est un exploit. Je me souviens d’une récipiendaire, Christine Caron, championne de natation. Les lieux, les dates, les détails de ses exploits, chaque phrase impeccablement dite. Avec les pointes d’humour et les apartés. Sans la moindre erreur ou hésitation. Puis, il ne reste plus, face à face, que le Président et Gustavo.

–« Gustavo Gutierrez. Je vous ai gardé pour la fin, mon Père, parce que je veux pouvoir vous dire, les yeux dans les yeux, l’orgueil que j’ éprouve ce soir, en décorant un homme aussi important pour l’histoire du monde et aussi méritant que vous. J’avais tellement le désir de vous connaitre. Mon Père, vous êtes né à Lima, le 8juin 1928. Vous commencez par faire votre médecine »…

Mais, comment fait-il pour réciter, comme s’il l’improvisait, un texte aussi complexe ? Moi qui l’ai rédigé et vingt fois remanié, je serais incapable de le relayer au pied levé…

clip_image005[3]–« Gustavo Gutierrez, je vous fais Chevalier de la Légion d’Honneur ». Parfaitement silencieux et ordonnés durant la cérémonie, les ministres, (actuellement sans fonction), amis et invités commencent à bouger, coupes de champagne en main. Gustavo vient naturellement vers moi. Je lui donne l’accolade.

–« Merci Jean-Pierre. Tout cela, c’est grâce à toi… Puis s’adressant au Président qui s’est approché de nous : Permettez-moi Monsieur le Président de vous présenter mon ami, Jean-Pierre Jeannin Latour, Conseiller à Lima, grâce auquel je suis là aujourd’hui.

–« Ah ! C’est donc vous Monsieur Jeannin Latour qui avez rédigé cette décoration et qui l’avez remportée… disons « de haute lutte » pour le Père Gutierrez. Je vous en félicite et, puisqu'il est votre ami, j’ajoute que je vous envie ".

–« Merci, Monsieur le Président.

Les mondanités se poursuivent. Philippe Marchand présente son épouse au Président. –« Ah ! Voila donc la redoutable Madame Marchand ! » Roland Dumas me serre la main avec un sourire complice en me demandant avec insistance des nouvelles de ma première épouse ; tandis que Jacques Barreau, ancien camarade de séminaire de Gustavo, me remercie lui aussi de ce que j’ai fait pour son vieux camarade.

De retour à Lima, je conviens de ne rien rapporter à l’Ambassadeur dont l’humiliation serait méritée mais inutile et qui, de toute façon, est sur le point de terminer sa mission. Dès que son successeur sera en fonction, je donnerai un diner en l’honneur de Gustavo.

Du nouveau Pape, élu ce mercredi 13 mars 2013, Jorge Mario Bergoglio, dit « François » la presse souligne son adhésion à la Théologie de la Libération. Ne le surnomme-t-on pas, lui aussi, « le Pape des Pauvres » ?

Je sais, cher Gustavo, que tu vas lire et relire cet article. Sois indulgent. Pardonne mes erreurs ou maladresses. Je t’avoue éprouver une forte émotion en revivant ces moments privilégiés et en réalisant combien tu es important pour des millions d’hommes et de femmes  qui ont tant besoin de toi de par le monde (jpjl)

Odile 2txOdile 3txOdile 3tx

(Maria Elena Moyano a été assassinée par le Sentier Lumineux quelques semaines après que j’ai pris cette photo à Villa El Salvador, à côté de Michel Azcueta, alors maire de cette organisation urbaine modèle et d’Odile Marchand).

scroll back to top
Mise à jour le Mercredi, 16 Décembre 2015 14:58  

Commentaires  

 
+1 #1 Bruno B. 22-03-2013 15:44
Quelle belle rencontre ! On dit qu'il n'arrive d'histoires qu'à ceux qui savent les raconter. D'ailleurs, je crois bien que c'est sur votre site que j'ai lu ça.
B.B.
 
 
0 #2 Shella 08-05-2014 12:12
This site was... how do you say it? Relevant!! Finally I've found something that helped
me. Appreciate it!

Check out my web site casino en ligne en francais: [ SPAM ]www.articleonarticl e.com/machine-a-sous-double-dose.php
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

Articles au hasard

   James Brown et Lyn Collins
James Brown, à Toulouse en 1974. Le Pape de la Soul Music arrive auréolé de gloire et de légendes. Ina...
Lire la suite...
 
   René Desmaisons
Je n’ai pas l’intention de tenir ici une rubrique nécrologique, mais comment ne pas réagir aujourd...
Lire la suite...
 
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui549
mod_vvisit_counterHier1413
mod_vvisit_counterCette semaine5350
mod_vvisit_counterSemaine dernière8445
mod_vvisit_counterCe mois40908
mod_vvisit_counterMois dernier36304
mod_vvisit_counterDepuis début1739810

We have: 14 guests online
Votre IP: 54.162.109.90
 , 
Date: 27 Mai 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).