photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Hindi Italian Japanese Portuguese Russian Spanish Swedish

Nigeria, un beau jour (6 et fin)

Envoyer Imprimer

Suite de Nigeria un beau jour (5). Chirac-Jpierre 26Les préparatifs les plus importants et les plus délicats, sécurité, chambres, suites, salles de conférence, menus officiels… concernent évidemment l’Hôtel Hilton, où je traite directement avec la directrice commerciale, Betty, jolie jeune femme sympathique. Négociant ce jour-là l’étage réservé à la Presse, je marchande, par principe, les prix que Betty me propose.

—Tu es un bon défenseur des deniers de la France me dit-elle. Ah, si nos ministres en faisaient autant… Je ne résiste pas alors à lui rapporter l’anecdote du Ministre des Communications.

—Comment s’appelle le collaborateur du Ministre ? Tu as son nom ?

—J’ai même sa carte. Tiens !… Je crois que si elle n’était pas noire, Betty aurait blanchi, ou peut-être rougi. Elle finit par rire…

—C’est mon beau-frère, dit-elle.

File0007Midi à l’aéroport d’Abuja. Soleil, tapis rouge, drapeaux, danseuses folkloriques, orchestre, tribunes officielles, hymnes nationaux et tambours africains… Le spectacle est impressionnant. Au pied de la passerelle, Chatelet, son attaché militaire et le consul sont évidemment montés de Lagos hier soir. Chatelet présente sa cour au Président.

—Ah, Monsieur Jeannin-Latour ! C’est donc vous notre tête de pont au Nigeria, dont j’entends parler si souvent et qui vous êtes donné tant de mal pour préparer ce voyage. Seul ici, en poste avancé de la France au Nigeria: ça ne doit pas être toujours drôle, mais il parait que vous aimez ça… Mes compliments et Merci Monsieur Jeannin. Je crois que ma fille a des questions à vous poser…

—J’ai prévu, M. le Président, de partager ma voiture avec elle en rentrant à Abuja…

HP006597 —Merci M. Jeannin-Latour. Nous nous reverrons… Tandis que je flotte sur un petit nuage, je sens la jalousie de Chatelet et de mes collègues. J’invite Claude Chirac à partager ma voiture. —Je suppose que c’est le Président qui vous a chargé de mission, me dit-elle, l’air contrariée. Rassurez-vous je n’ai besoin de rien. Les fiches qu’on m’a établies sont très éloquentes… Elle est d’emblée nettement moins sympathique que son père.

—Je vous remercie Madame, car c’est moi qui ai rédigé la plupart de ces fiches… Elle ne me répond pas.

chirac_obasanjo_lrge Le prochain rendez-vous prévoit le tête-à-tête des deux Présidents, et divers entretiens ministériels, puis à 17 heures: conférence de Presse, en duo présidentiel. Toutes les télés, radios agences, et médias de presse écrite, plus de cent cinquante journalistes, sont là. Comme Chirac, Obasanjo s’exprime dans sa propre langue, traduits tous deux par leurs interprètes.

—La prochaine fois dit le président nigérian en souriant à son homologue, je vous parlerai français car le français sera la seconde langue officielle du Nigeria… Rires et applaudissements. Le ton est donné. A ce moment, mon énorme téléphone portable, tel qu’ils étaient à l’époque, se met à sonner. Gêné, je sors rapidement dans le couloir :

—Jean-Pierre ? C’est Thierry Rigal, responsable du service du Chiffre au Département.

—Bonjour Thierry, mais ce n’est pas le moment ; nous sommes en pleine conférence de presse … « Interromps la conférence de presse. C’est un message Haute Priorité. Tu dois informer notre Président que le Roi Hassan II du Maroc est décédé ce matin (23 juillet 1999). En fait nous pensons à Paris qu’il est décédé depuis deux ou trois jours mais la religion musulmane oblige à enterrer un corps dans les vingt-quatre he ures. Sa mort a donc été gardée secrète. La cérémonie aura lieu demain après-midi, à Rabat…

—Je préviens tout de suite l’Ambassadeur…

—Non ! C’est toi le correspondant officiel du Chiffre. Je t’ai d’ailleurs adressé un Télégramme mais forcément tu n’es pas à ton bureau… Je reviens dans la salle de presse. A côté du président, un peu en retrait, j’aperçois le sympathique Verdier. Je m’approche en lui adressant un regard angoissé: Il recouvre le micro de la main. Le président se penche vers moi…

—Monsieur le Président, Sa Majesté Hassan II est décédée ce matin…

obasanjo_chirac220 Le Président Chirac se penche à son tour vers son homologue et lui traduit la nouvelle. Obasanjo, maître des lieux, informe lesClaude Chirac journalistes. Le dîner de gala sera un dîner sans gala. Le président Chirac décide de terminer son étape nigériane, demain à 13 heures, comme prévu. Il annule donc la suite de son voyage qui devait le mener au Cameroun et me charge d’informer l’Ambassadeur de France à Yaoundé. En rédigeant le télégramme officiel, j’ai une pensée émue pour mes collègues qui, eux aussi ont travaillé des mois à préparer cet évènement… Le repas se déroule tristement. On dirait la cantine d’une usine d’ouvriers endimanchés. Un groupe de danseuses très dévêtues, probablement logées dans l’hôtel mais pas au courant du changement de programme, fait une brève irruption et s’éclipsent un peu gênées… Betty me demande si le champagne sera servi. —Bien sûr !

Les invités nigérians se retirent. La suite présidentielle traine dans les halls immenses du Hilton sans oser se rapprocher trop ostensiblement des deux ou trois Piano-Bars et Night-clubs de l’établissement.

Je discute un moment avec le correspondant de l’Agence France Presse lorsque Chirac et Verdier s’approchent de nous. Je vais au devant d’eux —M. Jeannin-Latour, j’ai un problème. Peut-être pourrez-vous m’aider ?

—Certainement, Monsieur le Président !…

—Voila ! Nous venons de penser qu’il est inutile que je rentre à Paris pour redescendre ensuite à Rabat. Je peux donc terminer mon programme ici sans rien supprimer et faire directement Abuja-Rabat, tandis que le reste de la suite rentrera à Paris. Mais, voilà : Je n’ai pas de cravate noire…

—J’ai évidemment une cravate noire, M. le Président. Je vais envoyer mon chauffeur la chercher et dans moins d’une heure vous serez dépanné. Permettez, je vais demander à ma secrétaire de trouver mon chauffeur. Tandis que je marche en direction de Ruth, le Président et son aide de camp m’emboitent le pas…

Chirac aux funérailles d'Hassan IIM. le Président, je vous présente mon épouse… qui est aussi notre Secrétaire de Chancellerie à Abuja. Mes hommages Madame et mes compliments pour le remarquable travail que vous accomplissez ici, tous les deux… Ruth fait demander Adamu sur le parking de l’hôtel. Il arrive et, intimidé, s’arrête à bonne distance. S’il te plaît, va à la maison et demande à Ijoma de te donner ma cravate noire … Le Président m’interrompt : M. Jeannin-Latour, votre chauffeur porte une cravate noire… Cela lui éviterait ces kilomètres… Adamu qui a compris, retire sa cravate et l’a tend au colonel Verdier. C’est une cravate comme en porte les chauffeurs avec le nœud permanent et un tour de cou élastique…

—Il vaudrait peut-être mieux qu’il aille chercher la mienne ?

—Non, non, ça va très bien comme ça, je vous assure, dit le Président. Merci Monsieur Adamu. Mais comment se fait-il que vous parliez si bien le français ?

—Je suis camerounais, M. le Président et c’est un grand honneur pour moi que vous alliez demain visiter mon pays…

Hélas ! Monsieur Adamu, je n’irai pas demain au Cameroun mais, grâce à vous, j’emporterai néanmoins un souvenir de votre pays. Je vous remercie Monsieur Adamu, dit le Président en serrant la main du camerounais le plus heureux du monde…

Ruth et moi sommes restés trois années de plus à Abuja où nous avons encore reçu diverses personnalités, comme le Président du Sénat, des ministres, des parlementaires, Jessee Jackson Abuja 26de nombreux journalistes. Parmi les poignées de main échangées, je garde précieusement celles de Nelson Mandela, Bill Clinton, le pasteur Jesse Jackson… d’autres moins  glorieuses qu’il est inutile de citer. J’ai acheté un immeuble devenu l’Ambassade de France, au bord du golf. Adamu conduit maintenant un véritable Ambassadeur. En partant, je lui ai offert ma cravate noire en soie. Il nous écrit parfois de longues lettres pleines de détails comme il sait que nous les apprécions, d’amitié aussi et de souvenirs, qu’il fait signer par Ijoma, Sylvestre, Bienvenu, Jacob et les autres…(Fin)

(jeanpierre jeannin-Latour) Vous pouvez retrouver les six épisodes de « Nigéria un beau jour », dans l’ordre, en allant dans le Menu Principal / Articles catégoriels / Chirac, ou en cliquant ICI.

scroll back to top
Mise à jour le Mercredi, 04 Avril 2012 15:47  

Commentaires  

 
0 #1 Bernard Barriet 15-03-2011 17:19
Vécu ou inventé ? Je penche pour la 1ère solution : la 2ème étant trop invraisemblable ... ;).
Encore ! et merci !
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

Articles au hasard

   Nigeria, un beau jour (4)
Suite de Nigeria un beau jour (3)   — Je suis très flatté M. l’Ambassadeur mais Premier Conseiller,...
Lire la suite...
 
   Nigeria, un beau jour (3)
(Suite de Nigeria 2). Décor planté, je me dois d’ajouter quelques notes d’ambiance. Ayant embrassé l...
Lire la suite...
 
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui198
mod_vvisit_counterHier669
mod_vvisit_counterCette semaine198
mod_vvisit_counterSemaine dernière6607
mod_vvisit_counterCe mois42363
mod_vvisit_counterMois dernier36304
mod_vvisit_counterDepuis début1741265

We have: 54 guests, 1 bots online
Votre IP: 54.81.44.47
 , 
Date: 29 Mai 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).