photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Hindi Italian Japanese Portuguese Russian Spanish Swedish

Contes et humeurs de Noël

Envoyer Imprimer

Joyeux Noël à ma façon

Latour4 Il y a bien longtemps, dans une autre vie, je créai, à Biarritz, le premier café-théâtre de province. Sous le nom de Roland Latour, je présentais chaque soir un numéro, généralement engagé à Paris, que je renouvelais toutes les semaines. Un chanteur assurait la première partie, tandis qu’accompagné au piano par mon complice, Daniel Subréchicot, je terminais la soirée en interprétant des sketches que j’écrivais alors, « émouvants et absurdes », comme disaient les critiques, ou récitant des poèmes célèbres… Le public des 24 décembre ne ressemblait à aucun autre : peu de couples, des gens seuls, des hommes surtout, divorcés, descendus sur la Côte pour apporter leurs cadeaux aux enfants que, la plupart du temps, ils n’avaient même pas eu le droit d’embrasser… J’ai griffonné « La veste rouge » en quelques minutes, sur un coin de nappe, un 24 décembre des années 70’, alors que je venais d’écouter un de ces papas désespérés, venu attendre, ici, le prochain train de Paris. Depuis, des centaines de fois on m’a réclamé cette histoire.

Racontez-la à votre tour pour « surprendre » le menu de votre prochain réveillon. Je vous souhaite à tous un « Joyeux Noël ! »

« La veste rouge »

Un ouvrier très pauvre vit dan un galetas avec son unique petit garçon. Il est veuf et travaille d'arrache-pied pour élever son enfant dignement et honnêtement. Un jour, le gamin revient de l'école en disant:

-Tu sais, papa, en passant devant les Nouvelles Galeries, j'ai vu une belle veste rouge dans la vitrine et je crois bien qu'elle est juste à ma taille !

-Mais mon pauvre petit, lui répond son père, tu sais bien que je ne gagne pas assez d'argent pour t'acheter une veste rouge ! Ça doit coûter très cher. Sois gentil : n'y pense plus !

Mais le lendemain et les autres jours, le môme fait la même réflexion en rentrant de classe:

-Tu sais, papa, la veste rouge, elle est toujours dans la vitrine !

Et petit à petit, le père se fait un mauvais sang terrible. Il se dit qu'il faut bien donner une joie de loin en loin à ce pauvre enfant. Mais comment faire ? Alors, un soir, sans rien dire à personne, il se rend au magasin et demande le prix de la veste rouge. C'est un prix astronomique par rapport à ses modestes revenus. Mais il réussit à persuader la vendeuse de lui mettre la veste rouge de côté. Il paiera dans six mois.

Vignettes Latour 2C Alors, il se met à travailler d’arrache-pied, douze heures par jour. Il fait des heures supplémentaires la nuit et le dimanche. Ses joues se creusent. Son visage devient hâve. De temps en temps on le ramasse évanoui sur le chantier. Aux approches de Noël, il n'est plus qu'une loque humaine, mais il a réussi à économiser assez d'argent pour acheter la belle veste rouge. Il arrive chez lui en titubant, parce que ça fait des semaines et des semaines qu'il se prive de repas, mais sous son bras, il a un gros paquet. Il le pose devant son petit garçon et lui dit en essayant de sourire: 

-Tiens, mon chéri, je t'ai apporté une surprise pour ton petit Noël !

Le gosse défait le paquet ; il saute de joie ; il enfile la petite veste rouge qui lui va à ravir et il embrasse son père en pleurant:

-Oh ! Merci, mon papa ! Tu es vraiment le plus gentil des papas du monde !

Le lendemain, il part à l'école, tout fier, avec sa petite veste rouge sur le dos. Tandis qu'il s'éloigne, son père le regarde, le cœur plein de bonheur avec la satisfaction du devoir accompli… A midi, le môme revient, sans la veste.

-Qu'est-il arrivé lui demande son père. Qu'as-tu fait de ta veste ?

- Je vais t'expliquer, papa, dit le petit garçon. Je suis sûr que tu ne m'en voudras pas, parce que tu m'as toujours dit qu'il fallait être généreux avec les autres. Quand je suis arrivé à l'école avec ma belle veste rouge, il y un camarade qui m'a regardé avec ses grands yeux. C'est un petit garçon qui est encore plus malheureux que nous, tu sais, papa... Il est habillé en haillons et l'hiver il tremble toujours de froid. Il a regardé ma veste rouge en disant: "Mon Dieu, qu'elle est belle ! " Alors moi, je lui ai dit: " Tu voudrais qu’elle soit à toi ? "  Et il a fait signe que oui. Et ses yeux brillaient tellement de plaisir… J’ai réfléchi et je me suis dit que tu aurais fait la même chose, toi qui es le meilleur papa de la terre. J’ai enlevé la veste et je la lui ai donnée. N'est-ce pas, papa, que j'ai eu raison ?

Alors, l'ouvrier très pauvre s'effondre dans un vieux fauteuil déglingué. Il passe sa main dans les cheveux de son petit garçon. Lui caresse le front et il lui dit:

-Mon petit, mon pauvre petit ! Si tu savais ce que tu peux me faire chier… (jpj)

 

Latour2  copie « La Petite fourmi ».

Cet homme a été condamné à la réclusion perpétuelle. Il est seul dans une petite cellule. Il n’a plus aucune famille pour venir le voir. Il se sent l’être le plus solitaire et le plus malheureux de la terre.

Pendant les cinq premières années, il a, en vain, essayé de se suicider. Puis il végète dans un accablement profond sans jamais parler à ses gardiens. Il n’est plus qu’une loque qui mange et dort mécaniquement.

Mais, un beau jour, une fourmi entre dans sa cellule par la fenêtre, et à son réveil, il l’aperçoit sur l’oreiller. Le lendemain, elle est encore là. Et tous les autres jours de la semaine. Alors, il se décide à la regarder marcher ; il lui donne des miettes de pain ; il la prend dans sa main. Il commence à lui parler.

Au bout d’un mois, une étrange amitié est née entre l’homme et l’insecte ; une complicité extraordinaire s’est établie. Il raconte sa vie. Elle écoute. Il la caresse. Elle dort avec lui.

Des années passent ainsi et un soir, la fourmi est si heureuse d’être aimée qu’elle se met à sauter de joie dans le rai de lumière qui tombe à travers les barreaux. Alors l’homme, ébloui, l’embrasse délicatement et décide de la faire sauter un peu plus haut. Puis encore plus haut… Enfin, il lui apprend à faire des sauts périlleux.

Dix années passent encore et maintenant l’homme obtient de la fourmi un stupéfiant numéro de cirque. De son côté, la fourmi lui a appris à développer son odorat et sa résistance au froid et l’intimité est devenue si grande entre eux que, dans ce grand bonheur, l’homme a complètement oublié qu’il était en prison.

Alors, la porte s’ouvre et on annonce au prisonnier qu’il bénéficie d’une remise de peine et qu’il est libre ! Il n’en croit pas ses oreilles… Il sort de la prison avec sa fourmi pour tout bagage. Il lui explique qu’ils vont partir ensemble à la découverte du monde et que tout va devenir encore plus merveilleux. Il ne se sent plus de joie.

Il entre dans le bistrot en face de la prison. Il commande un demi. Il pose amoureusement sa fourmi sur le comptoir et il éprouve le besoin immédiat de la montrer à quelqu’un et d’expliquer sa bouleversante histoire. Il appelle le barman. Il lui désigne la fourmi du doigt…

-Regardez ! dit-il, les yeux embués de larmes.

Le barman se penche et il fait :

-Oh ! Excusez-moi, monsieur. Ce n’est qu’une fourmi… Et avec le pouce, il l’écrase.  (jpj)

 

Latout24-Affiche Marius

Parmi mes souvenirs, « La petite fourmi », évoque irrésistiblement un personnage nommé Marius, arrivé un soir alors que je terminais mon numéro, avec une cour de gens un peu bizarres, comme lui, et qui l’appelaient « Juge de Paix ». Sur un malentendu, le « Juge de Paix », ses cheveux longs, sa peau burinée, sa voix caverneuse, ses mains tatouées et les éclairs de bonté que lançaient ses yeux verts, le juge de Paix et moi, devînmes amis pour de vrai. –« S’il te plaît, redis la petite fourmi !»   -Non, m’excusais-je. Nous devons fermer, si les flics passent… Eh bien tire les rideaux, éteins l’enseigne… Fais servir ton meilleur champagne et redis « la petite fourmi ». Ça me fait tellement chaud au cœur. Cette histoire, je vois bien que tu l’as vécue. Tu y as été au ballon, toi aussi » …

Comprenant qu’il était impossible de l’en dissuader, je me résignais à jouer le jeu. Tous les soirs Marius revenait écouter la petite fourmi, versant quelques larmes et régalant le personnel et ses amis de Don Pérignon. « Tu sais Roland, si un jour tu as besoin d’aide, dis seulement que tu es mon ami. N’oublie pas ». Quelques années plus tard, alors directeur du casino de Dax, les barmaids du night club me prévinrent qu’une bande de clients louches observaient anormalement les fermetures de caisse. Sentant venir un mauvais coup ou craignant un possible racket, je décidais d’en parler à Marius. -Mais surtout, lui dis-je, ne m’envoie pas de gros bras. Ce n’est pas le genre d’un casino de ville thermale.

Les jours suivants, le comportement des suspects se confirma. La phase d’observation terminée, ils passeraient bientôt à l’attaque. De mon côté, la saison approchant, j’avais engagé une barmaid supplémentaire, venue spontanément se présenter au casino, Sonia, jolie blonde de vingt et quelques années.

Ce fut un dimanche, à six heures du matin. Deux des truands sautèrent derrière le bar tandis que les trois autres contrôlaient les issues. En quelques secondes, Sonia et son « fiancé » -si discret que je ne l'avais même pas remarqué- ramenèrent les cinq méchants à la raison sans même casser un verre: « Ici, les gars, c’est comme si vous étiez chez Marius: c’est chez Roland, son ami. »

-« Excusez-nous, Monsieur Roland. On ne savait pas. Excusez-nous »…

Cher Marius ! Tu avais soixante–dix et quelques années, lorsque nos vies se sont croisées ; « dont 34 de ballon », précisais-tu. J’ai malheureusement oublié «  la petite fourmi »  que j’aurais tant aimé te dire encore une fois…

Mais, si tu me soufflais, dis !…  (jpj)

 

Le Père Noël revisité, ou : Séguéla, au secours !

Coca Noël « Joyeux Noël à tous et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ».Voix chevrotante ou accent germanique, de pape en pape, on n’y coupera pas. D’accord, c’est Noël ! Mais qui croit encore à un slogan si peu crédible ? Quelle Paix d’abord ? Celle qu’on subit ou celle qu’on choisit ? Et pourquoi seulement sur la terre et seulement aux hommes de bonne volonté… On ne peut pas dire qu’ils ratissent large.

Noël est beaucoup plus que ça : une avalanche de bons sentiments en haut débit illimité, des rubans dorés, des petits cadeaux, le troisième article offert et le port gratuit, même pour les feignasses et les têtes de lard. Quand on pense que certains n’y croit pas. Faut vraiment être de mauvaise foi… On n’arrête pas de le rencontrer, le père Noël ! C’est comme le Bon Dieu, il est partout. D’ailleurs, il est un peu Bon Dieu. Tous les ans, il travaille pour lui, comme extra.

Au IVème siècle, il était déjà saint: Nicolas, patron des enfants, mais pour le lancer à l’export, on lui a choisi un pseudo : « Santa Claus ». Il était un peu évêque aussi et habillé en vert. Maintenant il est en rouge parce depuis 1931, il bosse dans le showbiz pour Coca Cola, sous le nom de Père Noël. Bon gros, sympa, et rigolard, avec une grande barbe blanche, des tas de mômes sur les genoux et des consoles vidéo plein le sac à dos.

En fait, c’est un mec qui était saint, svelte, et élégant et qu'une poignée de dollars a transfiguré en grosse icône païenne. Avouons que son parcours est pour le moins suspect.

Bonhomme couperosé, sans doute boosté à l’aquavit ou au Red Bull, quasiment obèse, paresseux et vautré sur son traineau, le père Noël est un exemple déplorable pour les enfants soumis à son influence. Avec sa bedaine, son triple menton, sa redingote mitée qu’on devine pas très propre, il incarne à coup sûr une véritable horreur hygiénique, suggérant que l’obésité serait synonyme de bonne humeur et de jovialité. Sans compter les blanches fourrures de son costume, arrachées à des animaux innocents.

Sur le plan épidémiologique, on note une corrélation évidente entre les pays qui vénèrent le père Noël (et son fabricant de soda) et ceux où le taux d’obésité des enfants est le plus élevé : suivez mon regard... Le père Noël est, aujourd'hui, une sorte de symbole de l’alimentation malsaine. Il ne fait jamais le moindre exercice physique : jamais de vélo, ni de skis, pas même de marche à pied. Dans les centres commerciaux ses multiples avatars ne cessent de prendre des enfants dans leurs bras, ce qui constitue -au moins- un facteur indiscutable de propagation de la grippe A. Pire encore, sur certaines images, on le voit fumant la pipe… Enfin, je ne voudrais pas être mauvaise langue mais où se trouve la mère-Noël ? Si le père Noël est veuf, le rouge constitue une faute de tact notoire. S'il ne l'est pas, c'est peut-être qu'elle s’est tirée, ne supportant plus l’odeur de la pipe froide... 

En définitive, je ne sais pas si le père Noël est vraiment une ordure mais je crois qu’il serait temps de relooker un peu son image publique. Séguéla au secours ! (jpj)

(Les infos concernant St Nicolas figurent notamment dans Paris-Match.com)
Autres photos de Roland Latour.

scroll back to top
Mise à jour le Mardi, 22 Mai 2012 12:21  

Commentaires  

 
0 #1 Odile 23-12-2009 15:34
Bilitis bilitis. Toujours autant de plaisir à te lire cher jean-pierre
je passe te souhaiter de joyeuses fêtes de fin d'année.
paix et amour en ton foyer en cette fin d'année.
bises
 
 
0 #2 Tayla 14-05-2014 23:42
Heya terrific [ SPAM ]! Does running a blog such as this take a lot of work?
I have absolutely no knowledge of coding but I was hoping
to start my own blog in the near future.

Anyway, should you have any suggestions or tips for new blog owners please share.
I know this is off subject but I just needed to ask. Appreciate it!


Here is my web page :: pure garcinia cambogia: [ SPAM ]growtallerimme diate.com
 
 
0 #3 Joanna 21-05-2014 07:22
A person necessarily lend a hand to make critically articles I would state.
This is the very first time I frequented your web page and thus far?

I surprised with the research you made to make this particular publish extraordinary.
Great process!

Also visit my webpage - garcinia
cambogia extract: [ SPAM ]floral-tattoos.com
 
 
0 #4 Micheline 22-05-2014 02:46
Hello, i think that i saw you visited my [ SPAM ] thus i came to “return the favor”.I'm trying to find things to improve my site!I suppose its ok to use
a few of your ideas!!

Stop by my web page - garcinia cambogia prevents new fat cells (pligg247.com: [ SPAM ]pligg247.com)
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

Articles au hasard

   Bonnes Vacances !
      « Bonnes vacances », « Bon appétit », « Bonne route » et « Bon vent » !… On...
Lire la suite...
 
   C'est un blog up !
"Ceci est un blog up !"    Ceci est un blog up ! Nous exigeons désormais le libre ac...
Lire la suite...
 
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1195
mod_vvisit_counterHier669
mod_vvisit_counterCette semaine1195
mod_vvisit_counterSemaine dernière6607
mod_vvisit_counterCe mois43360
mod_vvisit_counterMois dernier36304
mod_vvisit_counterDepuis début1742262

We have: 100 guests online
Votre IP: 23.20.157.174
 , 
Date: 29 Mai 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).