photos magazine de jeanpierre jeannin latour

l'émoi des mots, l'échoppe des photos

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Abbé Vachère (9)

Envoyer Imprimer

Vachère 22Suite de Abbé Vachère (8) "Le calvaire, pierre d’achoppement". 

Après une cinquantaine d’années loin de mon clocher, c’est en 2002 que je décide de regagner mes pénates familiaux. Feuilletant de vieux journaux au bas d’une armoire, j’y découvre le numéro spécial d’un magazine paroissial, « Horizon », daté d’avril 1987 que le curé du village consacrait alors à l’Histoire de l’Abbé Vachère et du calvaire. Une partie de la population étant tentée d’adhérer à un projet de réhabilitation du sulfureux Abbé, ce document vient mettre les paroissiens en garde en leur rappelant la position officielle de l’Église.

« Conscient du danger que tout commentaire sur le calvaire de Gâtine pouvait susciter, le curé de Mirebeau a demandé conseil à son Évêque et s’est décidé à porter à votre connaissance ces commentaires pour éviter que ne butent sur le chemin difficile de la foi des chrétiens de bonne volonté. Relisant la conclusion de la Congrégation Romaine, j’ai pensé qu’il y avait danger de « scandale » et qu’il me fallait intervenir pour signaler cette « pierre d’achoppement » que pouvait être le calvaire. Qu’on me sache gré de vouloir éviter toute atteinte à l’honorabilité des personnes de bonne ou mauvaise foi. J’estime que je dois, en tant que curé responsable, aider à ce que cesse « un scandale pour les fidèles ». (Ce texte en italiques ainsi que celui qui lui succède sont des copies intégrales de ceux publiés par le magazine paroissial. Tout commentaire est identifié comme note de la rédaction « Ndlr»)

Depuis plusieurs années, une association dite : « Les Amis du Calvaire » a préparé un important dossier en vue de la réhabilitation de feu Césaire Vachère (sic ndlr). Ce dossier déposé à l’Évêché de Poitiers, comme il se doit a été transmis à Rome, comme il se devait. La réponse de la Congrégation est négative. Cette réponse vous a été lue à la messe de la Saint-Jean. Je la porte à votre connaissance :

Vachère 9685Rome

Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Le 26 mai 1987

Excellence,

Vous avez transmis à la Congrégation pour la doctrine de la Foi un dossier établi par l’Association des Amis du Calvaire de Mirebeau, Diocèse de Poitiers, laquelle demande une nouvelle enquête canonique sur les faits ayant conduit au Décret d’excommunication portée contre l’abbé Césaire Vachère par le Saint-Office en date du 22 avril 1914 (Cf.AAS 6(1914) 226-227).

Je désire informer Votre Excellence qu’après avoir pris attentivement connaissance de ce dossier, notre Dicastère a estimé qu’il n’apporte pas d’éléments déterminants nouveaux qui permettraient de revoir la décision prise en son temps.

En ce qui concerne l’abbé Vachère, on peut permettre les prières et la célébration privée de la Messe pour le repos de son âme. Votre Excellence voudra bien toutefois veiller à ce que soit écarté tout danger de scandale pour les fidèles.

Veuillez agréer, Excellence, l’expression de mes sentiments de respectueux dévouement dans le Seigneur.

Adressé à Son Excellence, Mgr Joseph Rozier, Évêque de Poitiers.

Signé : Illisible

Le Curé de Mirebeau, rédacteur du magazine paroissial, ajoute :

Cette réponse est assez explicite pour que ne soit plus entretenue l’espoir de faire croire à la « véracité » de « faits » de ce début de siècle qui puissent être porteurs d’une signification chrétienne. Nous ne pouvons accepter, en tant que chrétiens, le fallacieux prétexte d’une présentation erronée et tendancieuse des autorités religieuses locales (?ndlr). La réflexion romaine aboutissant jadis à l’excommunication de feu Césaire Vachère, est confirmée définitivement.

« J’ose espérer que ce calvaire dignement entretenu par la Commune sera desservi un jour prochain par des chrétiens vivant en communion avec l’Église qui trouveront le moyen d’honorer la représentation de notre seigneur Jésus-Christ.»

Vachère 9676 (Copier)Vachère 06 (Copier)Des tracts publiés par les Amis du Calvaire, annonçant le transfert des cendres de Mgr Vachère, le 26 juin 1987, fête du Sacré-Cœur, furent démentis par la décision unanime du Conseil Municipal, opposé à ce transfert (Daniel Veillon étant maire et Paul Gourrichon : curé).

Il serait tentant de noter la confusion du style, l’embarras de l’auteur et les incohérences de son argumentation. Sa supplique d’ «éviter toute atteinte à l’honorabilité des personnes de (…) mauvaise foi », son espoir (qu’il n’a pourtant jamais réalisé) que « ce calvaire sera desservi un jour prochain par des chrétiens vivants en communion avec l’Eglise »… Au-delà de cette inutile argutie, les lecteurs qui ont déjà parcouru ces neuf chapitres, sont en droit d’attendre de leur Curé, de l’Evêché, de l’Eglise, un jugement justifié, étayé et convainquant.

S’il y a eu supercherie, si les braves gens ont été abusés, si les faits de Mirebeau ne relèvent que d’une habile tricherie, comme l’Eglise l’affirme au point de confirmer l’excommunication qui a frappé l’Abbé Vachère, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour lever tout doute et fournir un minimum de preuves à l’appui ?

« A Mirebeau, une parfaite entente règne entre le curé et ses paroissiens » proclame, à juste titre, le curé. Si l’on discute encore, avec passion parfois, de l’Abbé Vachère, on considère généralement le Calvaire comme un monument « indiscutable » tant du point de vue religieux que touristique. Reconnaitre la portée religieuse de cette représentation sans honorer son auteur, Mr l’Abbé Césaire Vachère, relève d’un tour de passe-passe, peu honnête, que l’Eglise accomplit sans gène apparente.

Vachère 9692Vachère Sépia en surplis 16Christian Perez : histoire du pays mirebalais

Fait miraculeux ou supercherie de génie, le mystère de Mirebeau n’a cessé de déchainer les passions et diviser les esprits. Christian Perez, auteur de « Histoire du Pays Mirebalais, des origines à nos jours » propose une citation de René Bombenger qui, selon lui, expliquerait l’attitude de l’Église : « Les gens les plus acharnés contre l’Abbé Vachère se rencontrent parmi les membres du clergé, jaloux que tant de gens lui aient donné autant d’argent alors qu’eux essuient le plus souvent des refus quand ils font appel à la charité des fidèles. Ah ! Si l’Abbé leur avait promis une part des millions qui ont été mis à sa disposition, il n’est pas douteux qu’ils bruleraient de l’encens en son honneur »… Aurait-il suffi d’ « acheter » certains dignitaires de l’Évêché pour que l’affaire prenne une autre tournure ?

Dimanche, 17 juillet 1921, neuvième dimanche après la Pentecôte, après avoir passé la journée à méditer dans son fauteuil Voltaire recouvert de velours rouge, l’Abbé se retire pour se reposer. Il est pris alors d’un accès de suffocation et appelle son fidèle serviteur, Raymond Noazet. Celui-ci accourt et s’empresse mais ne peut que recueillir le dernier soupir de son Maitre. Il est 22 h 30.

« Croyez ce que vous voulez, conclut Christian Pérez. Les uns ont déjà crié aux miracles, les autres à la supercherie sans apporter la moindre preuve. L’affaire continue donc à diviser les opinions. Deux  premières conclusions s’imposent : Quel personnage étonnant que cet abbé Vachère ! » et “Quel gâchis d’avoir si mal mené l’enquête en son temps !”

EXP (218)Vachère 07Et l’Église d’aujourd’hui ?

Après des d’années de réflexion et, plus particulièrement, depuis la publication sur ce site des neuf premiers chapitres, des dizaines de personnes m’ont demandé : « Et l’Église d’aujourd’hui ? Quelle est sa position ? » Je n’ai évidemment interrogé ni l’Évêché, ni le Vatican, mais j’ai sondé un jour le curé du village sur l’intérêt « journalistique » que peut présenter cette histoire, en dehors de toute passion partisane. Sa réponse fut aussi catégorique qu’inattendue. Il me resservit le texte que nous venons de lire dans Le Calvaire, pierre d’achoppement. Il rappela que Vachère avait été excommunié et jeté à la fausse commune (ce qui est faux)… Que l’affaire avait été jugée et classée et qu’il était « malhonnête » de la réveiller. Je fis remarquer à mon interlocuteur que l’Abbé avait bien été condamné mais pas jugé et lui demandais s’il trouvait normal que l’Évêque de Poitiers ne se soit pas déplacé avant de rendre ses conclusions… Je n’obtins pas de réponse. Néanmoins, constatant l’intérêt que suscitait notre conversation autour de nous, je me dis que je tenais là, un excellent sujet d’article. Je décidais donc de raconter un jour, sans passion ni préjugé, l’histoire de l’Abbé Vachère.

VOTEZ ! - (dans la colonne de gauche).

Neuf chapitres ont déjà été publiés que vous avez parcourus et commentés, réservant probablement votre jugement final pour plus tard comme je vous avais prudemment engagé à le faire. Le moment est venu d’exprimer votre opinion sur l’Histoire de l’Abbé Vachère :
Cochez votre choix, puis cliquez sur VOTE pour le valider.

Vachère 16 (Copier)Vachère 23La maison de Jacqueline Hilleret

De mon côté j’avoue la difficulté de cette rédaction. Il serait tellement plus simple de prendre parti. Barbara et son mari sont venus d’Allemagne. Leur fils, prêtre, actuellement en mission au Nigeria leur a recommandé ce site. Jacqueline Hilleret nous a ouvert sa maison, ses placards. Comment partager l’étrange sensation que j’ai éprouvée en ce lieu. Tout est intact. Certes la chapelle est devenue cuisine mais le placard qui renfermait l’autel est bien là et l’agencement comme l’ameublement de la maison est probablement le même qu’a connu l’Abbé. Côté jardin, la tour et le toit en clocher ont été détruits et alignés avec le reste du bâtiment mais les raccords de crépis sont visibles et les fondations de la tour dépassent encore l’herbe rase du jardin. Le fauteuil Voltaire dans lequel l’Abbé a rendu son dernier souffle est là. La chaise sur laquelle il s’appuie. Le petit harmonium guide-chant, qui fonctionne encore. –Et ce petit placard, c’est quoi ? –Oh ça, ce n’est rien, c’est ma pharmacie, dit Jacqueline Hilleret en s’excusant… Je m’approche pour regarder de plus près : Votre pharmacie ? Mais, c’est le tabernacle !

A suivre: Histoire de l’  Abbé  Vachère (10)  et fin)
Retour au chapitre (1)


Légendes des photos illustrant l'article N°9 (de haut en bas):
L'Abbé appuyé à son fauteuil
Le fauteuil aujourd'hui
La tour qui contenait la chapelle et son aspect actuel
Le guide-chant aujourd'hui. L'Abbé en surplis brodé,
Les moulins qui occupaient alors le sommet de la coline de Gâtine
et le Calvaire à l'époque de l'Abbé.
Melle Phelippot, nièce et héritière de l'Abbé Vachère
et Raymond Noazet, élu 1er ouvrier ferronier de France, ex-enfant de choeur de l'Abbé Vachère dont il recueillit le dernier soupir.

scroll back to top
Mise à jour le Jeudi, 24 Décembre 2015 12:56  

Commentaires  

 
0 #1 Barbara en Allemagne 14-11-2011 13:35
Cher Jeanpierre!
De retour de nos vacances en famille au Croisic et de notre visite à Mirebeau je veux seulement te signaler que je n'ai pas disparu bienque cela pourrais avoir l'air. Le contraire est le cas:
Ma visite à Mirebeau sur les traces de l'Abbé Vachère m'a beaucoup travaillée et je voudrais te remercier par ces quelques mots de ton courage et ton amour de chercher la vérité!
En en parlera encore plustard lorsque tu aura écrit et sorti Abbé Vachère 8 que j'attend avec grand intérêt.
Pour aujourd'hui je voudrais t'encourager de continuer. Je prierai pour toi pour que Dieu te guide!
Un grand bonjour à ta femme si sympatique - vous êtes merveilleux. Merci pour l'amitié et l'amour qui règne à travers de tes articles. Barbara
(14-11-2011)
 
 
0 #2 jack le rouge 25-03-2013 19:36
Hé! j'ai participé à une réunion des amis du calvaire début 87 à la salle des fêtes de Mirebeau avec Pierre Mabille dernier témoin oculaire, il était enfant de choeur à l'époque! c'était juste avant l'écriture de mon livre qui donnait une place importante au calvaire ( mai86)
 
 
+1 #3 G.de langwies 16-10-2014 16:11
pour Barbara en Allemagne,
La belle histoire courageuse de Mirebeau continue en Allemagne , une personne prénommée Klara protège une copie de ce tableau auprès d'une image de l'immaculée pendant la seconde guerre et les confie à une doctoresse , conseillée de les tenir réunis par une croix et une hostie elle les protège par une chapelle , qui devient lieu d'une communauté de prières liée à la société des deux coeurs venant d'Afrique avec le père Montfort Okaa ,,, image de douceur et de réunion .
 
 
0 #4 Kasha 18-08-2017 07:04
Je vois vraiment qu'on a affaire a des pros du métier,
compliments pour ce post
 
 
0 #5 Mireya 27-08-2017 17:05
Je vois vraiment qque l’on a affaire a des pros du
secteur, félicitations pour ces page
 
 
0 #6 Ruby 27-08-2017 17:42
Une fois de plus, mes compliments pour votre site merveilleusemen t bien écris.
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière

Votez

Histoire de l'Abbé Vachère
 

blabla du jour

" Etre original c'est essayer de faire comme les autres et ne pas y parvenir. "


...

A paraître ...

SKETCHES Roland Latour [en public]
[50%]

CANDELARIA Pérou [Exceptionnel]
[45%]

TRiBUS d'Amazonie [1990-2010]
[75%]

PORTRAITS femmes Sierra [Reportage 2014]
[45%]

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui145
mod_vvisit_counterHier798
mod_vvisit_counterCette semaine2469
mod_vvisit_counterSemaine dernière8899
mod_vvisit_counterCe mois21415
mod_vvisit_counterMois dernier27584
mod_vvisit_counterDepuis début1921876

We have: 66 guests online
Votre IP: 23.20.162.200
 , 
Date: 23 Nov 2017

Maintenance


Livre d'or & Commentaires
Désormais, à cause du spam grandissant, les messages du livre d'or et les commentaires d'articles, devront être approuvés par un administrateur avant d'être publiés.
Merci de votre compréhension.
Dennis (webmaster).